lundi 18 septembre 2017


Une noisette, une interview

 

Jenni Fagan

 

"Inutile de s’inquiéter si on a le cœur brisé, si on est à ramasser à la petite cuiller, ça fait partie de la condition humaine, nous sommes faits pour vaincre tous ces obstacles."

 

 

 
Née en Ecosse, Jenni Fagan jongle depuis l'enfance entre poésie et prose et, est considérée comme l'un des écrivains britanniques  les plus prometteurs. Son premier roman "Le sauvage" a été un succès mondial et nul doute que son deuxième opus " Les buveurs de lumière " va suivre la même destinée. Auteure engagée, ses écrits sont une ode à la liberté, à la tolérance, à la beauté des instants de vie.  
 
1 – Jenni Fagan. Croyez-vous en une fin du monde ?
Le monde aura une fin, mais nous ne savons pas quand. C’est une planète. Elles ne sont pas immortelles. Je pense que les humains sont davantage préoccupés par les phénomènes qu’ils sont susceptibles de créer  et qui pourraient accélérer l’extinction de notre espèce. Aujourd’hui, la fin du monde ne semble plus improbable.
2 – Pourquoi cette date de 2020, seulement 3 ans nous en séparent ?
Parce que nous grandissons en pensant que nous sommes immortels, que les conséquences de nos actions arriveront plus tard, mais ce n’est pas le cas. Les effets du changement climatique le montrent déjà clairement.
3 – Le monde subit un refroidissement. C’est une fiction sur le changement climatique, une manière de faire réagir le lecteur ?
Je n’écris pas en fonction des attentes de mes lecteurs. J’écris en pensant que si je devais mourir à la fin de ce roman, était-ce vraiment le livre que je voulais écrire ?
4 – Au fil des pages, on a l’impression que les gens différents sont ceux qui nous montrent le mieux comment résister face à l’adversité ?
Certaines personnes me disent souvent que mes personnages sont différents et en toute honnêteté je ne pense pas qu’ils le soient, peut-être parce je suis moi-même différente, avec une histoire riche et extrêmement variée.
5 – Si quelqu’un devait résumer votre livre en un seul mot, est-ce que “résilience” conviendrait ?
J’opterais pour éphémère.
6 –  Quel est votre secret pour atteindre tant de beauté lyrique sur un sujet aussi glaçant ?
Je suis une poète qui écrit des romans. Je pense que ça m’aide pour le style.
7 – Vous considérez-vous plus poète que romancière ou bien les deux ?
Je suis avant tout une poète, j’ai commencé à écrire des poèmes dès l’âge de 7 ans et j’en écrirai sans doute jusqu’à mon dernier souffle. Mais je suis également romancière. Ce sont des formes artistiques différentes et chacune sert une finalité différente. Je ne pourrais pas faire l’un sans l’autre. Je me sentirais paresseuse si je n’écrivais que des poèmes et je serais perdue si je me contentais d’écrire des romans. Je suis une boulimique de travail, je ne m’arrête jamais.
8 – Sur votre compte twitter, j’ai remarqué une très jolie phrase remplie de vérité : “Si vous pleurez, votre cœur continue à battre, c’est très bien, vous vous envolez » La vie avant tout ?
Oui, la vie maintenant, tourments, laideur ou bons moments, combats, la vie, c’est absolument maintenant. Inutile de s’inquiéter si on a le cœur brisé, si on est à ramasser à la petite cuiller, ça fait partie de la condition humaine, nous sommes faits pour vaincre tous ces obstacles.
9 – Croyez-vous au pouvoir de la lumière ? Même dans l’obscurité la plus profonde ?
Oui.
10 – Un mot (ou plusieurs) sur la maison d’éditions Métailié
J’adore être publiée chez Métailié, c’est une excellente maison avec des écrivains extraordinaires, et gérée par des personnes avec qui j’aime prendre un verre ou bavarder, que demander de plus ! La plupart de mes maisons d’éditions sont de vieilles maisons littéraires et je suis heureuse que mon travail y ait trouvé sa place.
11 – Pensez-vous venir en France lors du lancement de vos Buveurs de Lumière ?
Je serai en France à partir du 22 septembre pour huit jours, je vais participer à deux festivals littéraires et, serai entre les deux pendant cinq jours à la librairie parisienne Shakespeare & Company. Je lirai des extraits des Buveurs de Lumière et j’en parlerai aussi.
12 – Pour terminer, le petit quiz pour vous connaître un peu mieux
 
-       Un roman : c’est variable de semaines en semaine, ce matin, c’était Histoire d’O
-       Un personnage : je suis pour le moment, obsédée par un archétype particulier qui se dessinera clairement dans mes deux prochains romans.
-       Un(e) écrivain(e) : Gertrude Stein. Je n’aime pas toute son œuvre mais j’aurais adoré passer du temps dans son salon
-       Une musique : The Fall et leur dernier album New Facts Emerge, leur 32ème en studio et je l’adore, être capable de produire une œuvre aussi gigantesque à ce stade de leur carrière est exaltant, c’est un groupe très métissé psychiquement, presque mystique.
-       Un film : je suis une grande fan de films, donc difficile d’en choisir un. J’adore David Lynch et je suis impatiente de découvrir sa nouvelle série.
-       Une peinture : L’Art, c’est ma vie. Je prépare en ce moment une énorme exposition sur le travail artistique dans les prisons de toute l’Ecosse avec le Koestler Trust. J’étais récemment à New-York, à Harlem précisément, avec Carl Karni-Bain, un artiste qui a peint une toile représentant une femme et une chouette, que j’aime passionnément.
-       Une photo : j’ai une photo de moi à 15 ans en train de jouer avec mon premier groupe de punk, l’un de mes plus anciens amis et ex-compagnon, qui est aujourd’hui malade et en phase terminale, est sur ce cliché. Nous ne sommes que des adolescents, c’est ma photo préférée.
-       Un animal : le loup
-       Un dessert : un cigare et du whisky
-       Une citation, une devise : tout ce que je sais c’est que je ne sais rien. Je ne suis même pas sûre que ce soit la bonne citation et interprétation de Platon, qu’elle ait existé originellement sous cette forme. Mais peu importe, je l’aime. Ce qu’on trouve de plus proche c’est un passage de l’Apologie de Socrate, quand il raconte que l’oracle lui a dit qu’il était l’homme le plus sage, parce qu’il sait qu’il ne sait rien… comme tout le monde d’ailleurs.
 
"Je suis plus sage que cet homme là. Il se peut qu’aucun de nous deux ne sache rien de beau ou de bien, mais lui croit savoir quelque chose, alors qu’il ne sait rien, tandis que moi, si je ne sais pas, je ne crois pas non plus savoir. Il me semble donc que je suis un peu plus sage que lui par le fait même que ce que je ne sais pas, je ne pense pas non plus le savoir"
 
Traduction française ©Squirelito avec l'aide de l'éditrice des Editions Métailié, Lise Belperon.
 
Interview dans sa version originale
 
1 – Jenni Fagan. Do you believe in the end of the world ?
The world will end of course, we just don’t when. It’s a planet. They’re not immortal, I think humans are more bothered about whether we will create conditions to cause a premature extinction of our own race. Right now it doesn’t seem unlikely.
 2 – Why this date of 2020, only three years from now ?
Because we are brought up thinking we are immortal in some way, that consequence is a thing that happens in the future, it is not, the effects of climate change already clearly show this.
3 – The world is getting colder. It is a story about climate change, written in a way to elicit (strong) reactions from the reader ?
I don’t write thinking about my readers responses. I write thinking that if I were to die at the end of that novel, would it have been the book I wanted to write.
4 – Throughout your book, one has the impression that there are unusual people showing how best to survive in the face of adversity ?
Other people often comment on my characters being unusual and in all honesty none of them are unusual to me, perhaps that is because I’m an unusual person who has had an interesting and extremely varied history.
5 – If one had to summarise your novel in only one word, would “resilience” be ?
I’d go for transience.
6 – What  is your secret for achieving such lyrical beauty with a subject so chilling ?
I’m a poet who writes novels. I think it helps my prose style.
7 – Do you consider yourself more of a poet than a novelist or a mix of the two ?
I’m a poet first and foremost, I started writing poetry at seven years-old, I will no doubt be writing poems until I die. I am also a novelist.
They’re different art forms and each serves a different purpose. I could not do one without the other. I’d feel lazy if I only wrote poetry and I’d be lost if I only wrote novels. I’m a hardworking girl, I don’t like to take time off.
8 – On your account Twitter, I noticed a lovely sentence full of thruth : “If you are crying, your heart is still beating, it’s all good, shimmy-up”. Life above all ?
Yes, life is now, in all its torment or hideousness or with the precious moments and fights we are all engaged in, life is absolutely now. Don’t worry about having a broken heart of falling apart, it’s part of human condition, we are meant to go through all of these things.
 9 – Do you believe in the power of light ? Even in the deepest darkness  ?
Yes.
10 – A word (or more) about the publishing house Métailié ?
I adore being with Métailié, they are a great old literary publishing house with extraordinary writers and ran by the kind of people I like to drink or chat with, one can’t ask for more that. Most of my publishing houses are very old literary ones. I am glad my work has found in them a home.
11 – Have you any plans to come to France to speak about your Sunlight pilgrims ?
I will be in France from the 22nd September for eight days, I am doing two festivals and a five day residency at Shakespeare & Co in Paris right in the middle of it. I’ll read from The Sunlight Pilgrims there and talk about it too.
12 – Now, a little quiz to learn a little more about you…
-       A novel : changes from week to week, this morning was Story of O
-       A character : I’m obsessed with a particular archetype just now, that will become clear in my next two novels
-       A writer : Gertrude Stein, I don’t love all of her work but I’d have loved to hang out in her salon
-       A piece of music : The Fall – New Facts Emerge. It’s their 32nd studio album and I love it, to be able to produce work that great at this point in their career is inspiring, they are a band who are psychically melded, like gnarly mystics.
-       A movie : I’m a huge film fan so it is really hard to pin down to one movie, I’m a big David Lynch fan though, I’m looking forward to seeing the new series.
-       A painting : Art is my life. I’m actually curating a huge exhibition of Prison artwork from all across Scotland just now for the Koestler Trust. I was in Harlem, in New York recently with an artist called Carl Karni-Bain, he has a painting of a woman and an owl that I am madly in love with.
-       A photo : I have a photograph of me playing in my first punk band when I was fifteen, one of my oldest friends and ex partner is in the photograph and he is terminally ill just now, we are just teenagers, it’s my favourite photo
-       An animal : wolf
-       A dessert : whisky and a cigar
-       A quote/motto : all I know is nothing. I’m not even sure about that it is a misinterpreted and inaccurate quote from Plato, that dit not actually exist in original form but I like it regardless. The closest thing to it in Plato is in a passage from the Apology, where Socrates says the oracle told him he was the wisest man because he knew, that he knew nothing, just like everybody else.
I am wiser than this human being. For probably neither of us knows anything noble and good, but he supposes he knows something when he does not know, while I, just as I do not know, do not even suppose that I do. I am likely to be a little bit wiser than he in this very thing : that whatever I do not know, I do not even suppose I know”.
 
 
 
 
 

Aucun commentaire: