mardi 16 février 2016


Une noisette, un rendez-vous

 

Café littéraire, dégustation de vocables




Ciel rejoignant terre, bourrasques voulant imiter le mouvement perpétuel dune soufflerie automatique, gouttes grossissantes pour une ondée en mode symphonie inachevée. Telle était lambiance atmosphérique samedi dernier dans le secteur arboricole de votre serviteur. Mais quelques minutes plus tard (enfin 26 et demi pour être précis), le climat redevenait serein (attention, je nai pas dit canari) autour dun café ou dun thé, à discuter confortablement entre coups de cœurs littéraires et désirs de découverte. Bref, après celui de décembre dernier, je revenais avec délice dans ce lieu le dialogue existe.

La séance commence avec un livre cité précédemment "Et tu nes pas revenu" de Marceline Loridan-Ivens, un récit tellement fort quil est nécessaire de sattarder un peu sur lécrivaine, son retour dans le tragique passé pour une histoire à ne jamais oublier.

Beaucoup de romans ont été mentionnés et je dois dire que je vais aller dun pas de noisette, réserver des ouvrages de cet auteur qui mintrigue et qui semble faire lunanimité, à commencer par le maître de cérémonie, je nomme : Antoine Choplin. Romancier, poète et directeur artistique du Festival lArpenteur dans lIsère, il a signé de nombreux ouvrages dont "La nuit tombée" et "Le héron de Guernica". Instant opportun pour mettre en avant ce genre de rencontres lon vous aide à dépister des œuvres hors des sentiers battus.

Par contre qui ne connaît pas Joseph Schovanec ? Et qui nest pas en admiration devant cette personnalité dont lempathie traverse écrans et postes ? Avec lévocation de son livre "Je suis à lEst" un débat sest ouvert sur le concept de la normalité et évidemment, bien malin celui qui pourrait en trouver une définition ! Sur les différences, une participante, Marie-Paule, a eu cette question qui résonne encore dans lencéphale sciuridérien : "Comment être comme tout le monde quand on est tous singuliers ?" Voilà, vous avez trois heures pour y répondre...

Après avoir loué la dernière fois les publications de Mohamed Albirachi, David Thomson,  Sarah Briand (1) et Erwan L'Eléouet (2) jai opté pour trois livres qui non seulement sont dune haute teneur instructive et littéraire, mais également ouvrent la porte à dinfinies discussions. Je les cite simplement : "Lamour (fou) pour un criminel" dIsabelle Horlans (3), "Les grands fauves du barreau" de Valérie de Senneville  et Isabelle Horlans (4) et "La révolution sous le voile" de Clarence Rodriguez (5) . L’amour, la justice, la liberté... difficile de trouver des thèmes plus puissants.

Enfin, car il faut bien terminer, la rencontre sest achevée par la présentation de lessai dAlain Bentolila "Le verbe contre la barbarie". Ecrit en 2007, il est plus que jamais dactualité. A lunanimité, nous sommes persuadés que si lécriture et la lecture ne peuvent lutter à court terme contre les armes, elles sont indispensables pour faire reculer à long terme les rancœurs et les haines.

Avant douvrir le magasin lecture, je lance une noisette dans lhexagone : si un(e) auteur(e) souhaitait participer à un café littéraire ou une rencontre élargie pour loccasion, cest avec plaisir quil/elle serait accueilli(e). Pour me contacter c’est ici


Et tu nes pas revenuMarceline Loridan-IvensGrasset

Un amour impossibleChristine AngotFlammarion

La neige noirePaul LynchAlbin Michel

LincendieAntoine Choplin/Hubert MingarelliLa Fosse des Ours

Les âmes grises / La petite fille de monsieur Linh - Philippe ClaudelStock

SoumissionMichel HouellebecqFlammarion

Paroles arméesPhilippe-Joseph SalazarLemieux

Je suis à lEstJoseph SchovanecPlon

Le voyage dans le passéStefan SweigLivre de poche

Lamour (fou) pour un criminelIsabelle HorlansLe Cherche-Midi

Les grands fauves du barreauValérie de Senneville/Isabelle HorlansCalmann-levy

Révolution sous le voileClarence RodriguezFirst

Je vous écris dans le noirJean-Luc SeigleFlammarion

La petite femellePhilippe JaenadaJulliard

Ah ça iraDenis LachaudActes Sud

La mer couleur de vinLeonardo SciasciaGallimard

Ce genre de choses narrive jamaisMika waltariActes Sud

Le verbe contre la barbarieAlain BentolilaOdile Jacob

http://mediatheque.coeurdubocage.fr/coeurdubocage.fr/index/index/id_profil/10


Bonne promenade culturelle car "un livre est comme un jardin que lon porte dans sa poche" selon Gladys Taber.