lundi 12 mars 2018


Une noisette, un livre

 

Le naufrage de la Méditerranée

Sébastien Boussois


 


Méditerranée : mare medi terra… De Gibraltar aux Dardanelles, c’est le berceau des cultures mésopotamiennes, égyptienne, perse, phénicienne, carthaginoise, berbère, romaine…et grecque. L’Antiquité, l’humanité… mais cette Mare Nostrum devient au XXI° siècle, le théâtre de l’inhumanité, de sa splendeur et fruit de tous les rêves, elle est devenue un gigantesque cimetière marin où se sont noyés des milliers d’humains cherchant une vie meilleure. Une tragédie dans toute sa portée.

Sébastien Boussois laisse une large part de son essai à des références historiques, notamment avec la base de ce qui est tout : L’Odyssée et L’Iliade d’Homère. Ce qui permet de mieux montrer combien le destin de cette mer peut se transformer et devenir le carrefour de l’évolution mais aussi de tous les déclins.

Cette Méditerranée qui par les siècles a été l’objet de tous les fantasmes (période orientaliste) et de toutes les convoitises (la colonisation) vit ses pires heures de déshumanisation par le flux des migrants qui fuient la guerre, la dictature, l’intolérance et qui bientôt sera encore plus important à cause du dérèglement climatique, comme le souligne fort bien l’auteur.

En 200 pages, le lecteur trouvera toutes les réponses aux questions qu’il peut se poser : l’histoire des migrations, les pays qui accueillent en masse les réfugiés (et là, une bonne petite claque à certaines idées reçues) , la question libyenne et l’absence de « service après-vente », la déclaration de Barcelone et l’UPM, le rôle des passeurs (en faisant référence au brillant reportage du journaliste de France 2, Franck Genauzeau et aux revues non moins excellentes d’Orient XXI et Courrier International, et enfin l’avenir de cette jeunesse méditerranéenne.

Un document que devront lire les personnes qui daignent connaitre le sort de ces milliers de personnes, comme le disait Simone de Beauvoir « le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, car l’ignorant a des excuses, mais le refus de savoir ».

Le livre se termine par l’idée que l’Occident et l’Orient ne sont pas à séparer, au contraire. C’est en faisant un pas vers l’autre et en regardant vers la même direction  afin que les profondeurs de la Mare Nostrum renaissent pour donner en l’homme, en l’humain, le meilleur avenir qu’il mérite dans un métissage culturel pacifique.
Effectivement, ne pas oublier cette constatation de l’éminent généticien Luigi Luca Cavalli Sforza qui m'est revenue à la lecture de ce livre : « Dans le bassin méditerranéen, la ressemblance génétique entre tous les peuples vivant des deux côtés de la mer est remarquable ».

« Vous n’avez devant vous qu’un pauvre naufragé. Puisqu’il nous est venu, donnez à l’étranger de quoi manger » L’ Odyssée - Homère

Livre reçu dans le cadre de Masse Critique de Babelio

Le naufrage de la Méditerranée – Sébastien Boussois – Editions Erick Bonnier – Janvier 2018

 

 

Aucun commentaire: