lundi 26 mars 2018


Une noisette, un livre

 

Rien de ce qui est humain n’est honteux

Marianne Vic


 

 

Trois lettres qui ont fait le tour du monde : YSL ; qui ont fait et font encore rêver. Pourtant, tout n’était peut être pas le meilleur des songes, des fantaisies, sûrement, mais aussi des mensonges… 10 ans après la disparition d’Yves Mathieu-Saint-Laurent, sa nièce soulève les étoffes de cette famille où les paillettes n’étaient qu’un joli mirage.

La mère de Marianne Vic était la sœur du célèbre couturier et comme dans toute famille, il y a des secrets, des choses que l’on ne raconte pas ou peu. Pourtant, un jour la grand-mère ose parler d’un terrible drame qui explique les courbes fluctuantes des relations au cours des générations et l’absence d’amour…grossesses non désirées, la violence suivant les générations de femmes et le déni qui s’ensuit.

Par l’écriture et la recherche d’une mémoire, l’auteure, qui fut abandonnée par sa mère à l’âge de 6 ans, essaie de comprendre le pourquoi du comment, de rompre avec cette espèce de malédiction, de devenir autrement et de pardonner à sa génitrice. Derrière le faste, l’argent facile (qui ne l’avait pas toujours été, loin de là…), l’empire est riche de notoriété, beaucoup moins de sentiments, Yves Saint-Laurent étant le représentant du colosse aux pieds d’argile.

Ce livre pirandellien intéressa aussi bien les passionnés de mode que ceux qui ne le sont pas. Car c’est avant tout un témoignage personnel où défilent membres de la famille et personnages hors normes (de Peggy Guggenheim à François Roustang), servi par une plume directe, sans ambages pour cette abréaction familiale.

« J’ai posé sur le bureau, adossé à un pot à crayons, une miniature du XIX° siècle que mon oncle m’avait offerte : dans un cadre en argent ovale, une jeune femme, dessinée à la gouache et à l’encre noire, regarde par une fenêtre ; sa jupe large aux reflets bleus et mauves est découpée dans une aile de papillon. Encore et toujours des histoires de robe… N’était-ce pas le seul langage qu’il trouva pour communiquer avec les femmes ? »

Rien de ce qui est humain n’est honteux – Marianne Vic – Editions Fayard – Mars 2018

Aucun commentaire: