mardi 27 février 2018


Une noisette, un livre

 

 

Défaillances

B.A. Paris

 

 


Enfin une noisette noire sans excès de descriptions nauséabondes quant à son décorticage ! Pas d’accumulation de cadavres, pas de détails sanglants sur le rapport du médecin légiste, pas de paragraphes morbides pour faire saliver de voyeurisme le lecteur en manque de sueurs froides. Non, plutôt, que de convertir sa plume en vautour affamé, l’auteure suit les pas d’une Agatha Christie, tout doucement, mais avec l’assurance de brosser un thriller psychologique en coiffant direct les méandres de l’esprit vénal et manipulateur…

Depuis un an Cassandra est marié avec Mathew et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf, qu’un soir d’orage, le tonnerre commence à gronder autour de Cass… Jamais elle n’aurait dû traverser cette forêt, voir cette voiture stationnée sur une aire de repos, s’arrêter et puis repartir…Un sentiment de culpabilité l’envahit quand elle apprend le lendemain que la femme qu’elle a aperçue dans le véhicule a été sauvagement assassinée…

Remords, coups de fil anonymes, pertes de mémoire, la paranoïa se profile doucement. Son mari et Rachel, son amie d’enfance, ne semblent pas prendre ses tourments au sérieux mais s’inquiètent tout de même… surtout lorsqu’elle commence à commander un landau alors qu’elle n’a pas d’enfant, puis à signer des papiers… et si elle commençait une démence précoce, pathologie qui a atteint sa mère dès l’âge de 44 ans… Puis, la vision d’un grand couteau dans la cuisine, couteau qu’elle n’avait jamais vu et qui disparaît…

L’intrigue n’est pas le point culminant du roman mais plutôt la progression de la manipulation et de ses mécanismes. Et sur ce point, je n’ai pu m’empêcher de faire une comparaison avec l’excellent film « Hantise » de George Cukor avec Charles Boyer et Ingrid Bergman. Quant à l’écriture, elle est simple, sans fioritures, et, j’y attache de l’importance, sans vulgarité ni jurons à répétitions…

« Défaillances », une lecture en puissance.

Défaillances – B.A. Paris – Traduction : Vincent Guilluy – Editions Hugo Thriller – Décembre 2017

Livre lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2018


Aucun commentaire: