samedi 25 mai 2019


Une noisette, un livre


 Le Quartier des petits secrets

Sophie Horvath




VADIA ROMANICA !!!!

Ce n’est pas un cri de guerre ni l’épitaphe d’un empereur romain, juste deux mots de consonance latine qui vont être la base de toute l’histoire entre une pétillante fleuriste bordelaise et une charmante vieille dame un peu (beaucoup) mystérieuse.

Après un début d’études de droit, Clémentine a décidé de changer complètement d’orientation et de vivre au milieu des fleurs, dans une boutique située dans un quartier tranquille de Bordeaux, là où tout le monde se connaît ou presque, où on peut échanger ses petits secrets entre commerçants, clients et habitants. Parmi les habitués, la personne qui surprend le plus la jeune fleuriste est Viviane, une résidente d’une maison de repos voisine qui a l’habitude de venir dans son magasin pour… couper la tête des fleurs avec un sécateur… Tchac, tchac, chac… ça déménage ! Ce qui est un peu déconcertant même si la vieille dame est adorable. Hélas, un jour Clémentine ne la voit plus, s’inquiète et va lui rendre visite. C’est une mauvaise chute qui oblige Vivianne a resté immobile dans son lit, diminuée elle trouve encore la force de dessiner une fleur étrange et de donner en criant son soi-disant nom latin. Cette plante semble ne pas exister mais Clémentine est décidé à mener l’enquête jusqu’au bout car elle perçoit une histoire qui peut être très importante.

Beaucoup de tendresse émane de ce roman, le premier de la blogueuse littéraire Sophie Horvath, une écriture dynamique baignée de gaité et de fraîcheur et qui entraîne le lecteur de Bordeaux à Paris, au milieu de l’univers des fleurs et des épines de la vie. Car derrière l’apparente facilité, se faufilent des sujets très sérieux sur les relations humaines et un regard bien perçant sur les travers des uns et les préjugés des autres.

Nous sommes à l’aube de l’été, période où les fleurs s’épanouissent et où butiner un roman qui fait du bien est le terreau idéal pour les quatre saisons. Sans oublier page 85, l’évocation indispensable d’un être au pelage roux…

« A l’heure où les Bordelais ouvraient à peine un œil, Clémentine disposait ses outils à côté d’elle à la façon d’une chirurgienne et choisissait ses fleurs du jour. Elle les manipulait avec doigté et délicatesse pour ne pas les abîmer, réfléchissait quelques minutes en les tournant et en les regardant, puis sa lançait dans sa création ».

« Elle découvre une dernière photo, qui a été découpée plusieurs fois comme pour isoler son sujet, elle détonne car elle n’est pas du même format que les autres clichés, ni de la même époque visiblement. Au centre, un bébé ».

Le quartier des petits secrets – Sophie Horvath – Editions Flammarion (Pygmalion) – Avril 2019

1 commentaire:

Sophie bazar a dit…

Oh merci, mon bel écureuil 💙💚💙💚