jeudi 24 mai 2018


Une noisette, un livre

 

 

Maman, ne me laisse pas m’endormir

Juliette Boudre


 

 

Joseph aurait pu vivre mais sa longue descente vers l’enfer l’a anéanti à l’âge absurde de 18 ans. La cause : le manque de vigilance de la part des professionnels médicaux et la prolifération de ces drogues licites comme les benzodiazépines, opiacés et autres mirages du « meilleur être ». C’est le cri du cœur lancé par sa maman pour faire connaître ces errances médicales et certaines prises en charge qui vont de Charybde en Scylla.

Un témoignage poignant qui devrait être la base d’une réflexion de la part des dirigeants pour revoir la copie de prise en charge psychiatrique, tant sur le plan thérapeutique que sur le plan des moyens financiers, le manque d’effectif de ses services est notoire et seule une écoute longue et suivie peut permettre de mieux déterminer les causes des troubles. Rien n’a été fait pour Joseph pour comprendre son malaise, ses peurs, ses angoisses, son hypochondrie et ses facultés à parfois manipuler son interlocuteur pour pouvoir continuer à absorber des pilules pour accéder au paradis artificiel. Sans oublier, les petits dealers qui profitent de la faiblesse des jeunes gens pour vendre ces ersatz d’anxiolytiques.

Juliette Boudre a plus que raison de mentionner (page 71) que les benzodiazépines et autres dérivés peuvent provoquer de nombreux désordres d’ordre psychologiques et psychiques, et, très important, que l’usage à long terme entraine le contraire du résultat souhaité, à savoir, dépression, anxiété voire tendance suicidaire.

Puisse ce livre secouer les consciences et faire cesser enfin l’usage abusif de ces drogues légales qui sont responsables de nombreux décès et de crises de désespoir/de démence. La fin de l’ouvrage dresse le constat alarmant du surdosage de ces produits chimiques et la catastrophe à venir si rien n’est fait…

Pour compléter ce récit déchirant, lire/relire cet article de Florence Rosier de 2013 publié dans le quotidien Le Monde.

Maman, ne me laisse pas m’endormir – Editions de l’Observatoire – Avril 2018

Aucun commentaire: