jeudi 7 juin 2018

Une noisette, une rentrée littéraire

 

La Page des Libraires indique l’itinéraire

 


Votre serviteur au pelage doré cuivré intense a eu l’immense privilège (merci Marie et Ingrid) d’assister en tant que blogueur sciuridérien à la présentation de la Rentrée Littéraire 2018, organisée par le réseau « La Page des libraires », qui s’est tenue à la Bibliothèque François Mitterrand à Paris. Une journée marathon présentée par un orchestre de libraires sachant jouer sur le rythme des vocables pour capter l’attention du public.

La partition était divisée en deux temps : une première mi-temps sur l‘offre de la rentrée pour chaque éditeur avec les coups de noisettes des libraires et, une deuxième avec différents entretiens avec les auteurs invités :

Inès Bayard pour « Le malheur du bas » chez Albin Michel
Jérémy Fel pour « Helena » chez Rivages
Pauline Delabroy pour « Ça raconte Sarah » chez Minuit
Thierry Montoriol pour « Le roi chocolat » chez Gaïa
Estelle-Sarah Bulle pour « Là où les chiens aboient par la queue » chez Liana Levi
Abnousse Shalmani pour « Les exilés meurent aussi d’amour » chez Grasset
Adrien Bosc pour « Capitaine » chez Stock
David Diop pour « Frères d’armes » chez Seuil
Tiffany Tavernier pour « Roissy » chez Sabine
In Boli Jean Bofave pour « La belle de casa » chez Actes Sud
Marrie Charrel pour « Une nuit avec Jean Seberg » chez Fleuve
Hector Mathis pour « KO » chez Buchet Chastel
Maylis de Kerangal pour « Un monde à portée de main » chez Vertical

A l’issue de ce marathon livresque, l’écureuil pensait déjà à préparer son panier pour y placer la prochaine récolte de fin d’été. Vous voulez connaître quelques titres qui lui font déjà tourner la tête ?

Le monarque des ombres de Javier Cercas chez Actes Sud
Concours pour le paradis de Clélia Renucci chez Albin Michel
Einstein le sexe et moi d’Olivier Liron chez Alma
Made in Trenton de Tadzio Koelb chez Buchet Chastel
Le prince à la petite tasse d’Emilie de Turkheim chez Calmann-Lévy
Un problème avec la beauté, Delon dans les yeux de Jean-Marc Parisis chez Fayard
Un gentleman à Moscou d’amor Towles chez Fayard
Elsa mon amour de Simonetta Gregio chez Flammarion
Le roi chocolat de Thierry Montoriol chez Gaïa
Asymétrie de Lisa Halliday chez Gallimard 
Les exilés meurent aussi d’amour chez Grasset
Tu t’appelais Marie Schneider de Vanessa Schneider chez Grasset
L’ange de l’histoire de Rabih Alameddine aux Escales
La saison des fleurs de flamme d’Abukar Adam Ibrahim chez l’Observatoire
La fille du cryptographe de Pablo de Sentis chez Métailié
Les cigognes sont immortelles d’Alain Mabanckou chez Seuil
La marcheuse de Samar Yazbeck chez Stock
A portée de main de Maylis de Kerangal chez Verticales

18 titres pour des récits personnels, des parcours de vie, des petites histoires dans la grande histoire, de l’exil, de peuples, d’amour, le tout dans une galerie d’auteurs connus, reconnus, mais avec aussi, l’arrivée de premiers romans pour enrichir chaque année nos lectures et assouvir notre faim de découvertes.

Autre point fort de la manifestation, la révélation de l’heureux gagnant du « Prix du livre France Bleu/Prix des Libraires 2018 » annoncée par le lauréat 2017, Patrick d’Alembert. Cette année, le jury a décidé de récompenser à l’unanimité Wilfried N4Sondé pour « Un océan, deux mers, trois continents » paru chez Actes Sud.

Une journée à marquer d’une noisette, tant pour la richesse des échanges que pour l’accueil et l’organisation sans faille du réseau des libraires de France.
Littérairement vôtre,

 

Aucun commentaire: