lundi 27 août 2018


Une noisette, un livre


 Le dernier été

Benedict Wells




Benedict Wells est encore au cœur du romantisme allemand dans toute sa plus noble définition : beauté et gravité. Une plume opulente pour âme tourmentée.
« Le dernier été » est toute une saison livresque, des pages qui brillent, d’autres se colorent, beaucoup s’endorment dans le froid pour que quelques unes renaissent. De l’obscur, des affres, et, une éclaircie de temps à autre.

Le rôle principal est celui de Robert Beck, professeur à Munich qui rêvait d’être musicien professionnel mais dont l’espoir d’une carrière s’est réduit en peau de chagrin. Il enseigne toutefois la musique à des élèves plus ou moins attentifs. Un va retenir son attention : Rauli Kantas qui va s’avérer un petit prodige. Originaire de Lituanie, ce qui reste de sa famille survit comme elle peut ; toutefois le grand adolescent fait preuve d’une détermination réelle et Monsieur Beck pense qu’il représente peut-être la chance de sa vie, l’opportunité de prendre enfin un nouveau chemin, lui qui doute (euphémisme) tant à l’aube de la quarantaine.
Seul souci et il est de taille, le jeune garçon est une énigme totale : mythomane, il ne cesse d’écrire, de griffonner sur des petits papiers jaunes et a la faculté de disparaître et réapparaître soudainement. Tous les deux vont parcourir une route semée de méandres et frôler le bord du précipice, le maître traçant sa direction et son ambition dans le génie de l’élève…

Entre temps, le lecteur fait connaissance avec Charlie, un géant afro-allemand, hypocondriaque, ami musicien de Robert depuis des années. Il promène son désamour en rencontres féminines d’un soir et se drogue en mélangeant les produits. Son amitié est par contre solide comme un roc.
Seul personnage féminin qui clôt ce quatuor : Lara. Robert la trouve jolie, pas trop son genre mais pour la première fois il va tomber réellement amoureux et découvrir autre chose qu’une relation charnelle éphémère. Seulement, le pyrrhonisme rampe encore et toujours.

400 pages d’une abondance de faits, de situations, d’états d’âme, pas une seconde pour souffler, tout est en abondance, les mots, les phrases ; les doutes et les désespoirs ; les questions et l’imbroglio entre celui qui narre et celui qui est raconté. La construction est celle d’un 33 tours, ces disques vinyles qui semblent désormais avoir appartenu à une autre ère que la nôtre. Deux faces avec un titre de chanson pour chaque chapitre, un opéra rock entre guitare et notes rauques… La clef de toute cette gamme ne sera accessible qu’à la fin de l’histoire.

Vaste réflexion sur les indécisions de la vie, de cette fuite en avant pour éviter l’avenir et ses inconnues, sur les mirages de l’alcool et de la drogue qui ne font qu’accentuer le désarroi d’une énergie en manque d’opiniâtreté. Un dialogue entre le réel et le songe résume probablement toute la conception du roman et devient presque une feuille de route à accrocher sur l’arbre du destin :

« «Vous êtes ici parce que vous ne prenez pas de décision. Et c’est mauvais. Car si vous n’agissez pas, la vie le fera pour vous. Et la vie prend souvent les mauvaises décisions parce qu’elle punit les faibles et les pusillanimes. Le monde est fait pour les audacieux, les autres se contentent de suivre le courant, la plupart coulent (…) Vous réaliserez que c’est vous qui avez contraint la vie. Vous n’avez qu’une chance ici-bas, vous le savez. Tout le monde connaît le proverbe : « On n’a qu’une vie ». Alors si vous aimez cette femme, suivez-là, où que ce soit. Et si vous aimez la musique, jouez-en, qu’importe le succès que vous autres ou pas. Le reste viendra tout seul (…) les gens bêtes compliquent tout. Les gens intelligents simplifient. Car le jour où vous serez vieux, vous ne vous reprocherez certainement pas d’avoir passé trop peu de temps au bureau. Mais vous vous reprocherez éternellement de n’avoir pas assez aimé ou de n’avoir pas fait ce que vous vouliez vraiment. (…) ce qui compte, ce sont les rêves et l’espoir de les réaliser. »

Le dernier été – Benedict Wells – Traduction : Dominique Autrand – Editions Slatkine & Cie – Août 2018

Aucun commentaire: