mardi 24 octobre 2017


Une noisette, un livre

 

Nos richesses

Kaouther Adimi

 


 
Une richesse ce dernier roman de Kaouther Adimi. Elle a eu l’exquise idée de mêler une petite histoire, celle d’une aventure littéraire, dans celle de la grande histoire de l’Algérie. Epopée livresque entre les deux rives la Méditerranée, entre deux peuples déchirés mais que l’amour des livres (et de la liberté) peut parfois rapprocher. 

L’aventure littéraire est celle d’Edmont Charlot, né à Alger, libraire et éditeur dont sa première collection s’appellera « Méditerranéennes » réunissant René-Jean Clot, Max-Pol Fouchet et Albert Camus. La même année, 1936, il va créer une librairie 2 bis, rue Charras (rue Hamani) avec un nom emprunté (avec sa permission) à Jean Giono, « Les vraies richesse », qui va devenir  à la fois une bibliothèque, une maison d’édition et même une galerie d’art. Un formidable lieu de rencontres où vont se côtoyer anonymes, écrivains, journalistes, peintres : Albert Camus, évidemment, mais aussi Antoine de Saint-Exupéry, Kaleb Yacine, Emmanuel Roblès, Mohammed Dib…

L’histoire algérienne,  c’est celle de la colonisation de 1830, c’est celle d’un peuple opprimé, c’est la tentation de l’armée nazie de vouloir récupérer les algériens par la ruse, c’est la promesse de la France de ne pas oublier les sacrifices de « ses enfants d’Afrique du Nord »… et qui se soldera par les épouvantables massacres de Sétif en 1945, puis, par les attaques contre les Arabes sur le sol parisien en 1961…

Ce sont ces deux « univers » que Kaouther Adimi fait renaître avec une dextérité de thaumaturge, en les romançant via le personnage imaginaire de Ryad, étudiant sur Paris revenant sur la terre de ses ancêtres pour faire un stage ouvrier qui sera celui de nettoyer la librairie pour faire place nette à une future pâtisserie. S’ajoute Abdallah, figure énigmatique du quartier, tel un fantôme du passé, et qui va faire naitre chez le jeune étudiant un sentiment de curiosité… Le tout parsemé d’anecdotes et de délices littéraires dont le célèbre « Silence de la mer » de Vercors (alias Jean Bruller) qui déchaina à la fois passions et controverses.

A l’instar du père de Ryad, sachons préserver ces instants de riche lecture, celles qui nous font découvrir le passé, nous rappellent notre héritage, ne pas se voir dire « nous ne nous rendons compte de nos richesses qu’une fois que nous les perdons ». Je souhaite à tout lecteur d’avoir autant de plaisir que votre serviteur en a eu le long de ces 210 pages, et, en paraphrasant l’écrivaine, parce que nous sommes les habitants de ces terres méditerranéennes et notre enrichissement est la somme d’une possible nouvelle ère.

« Les vraies richesses, plus elles sont grandes, plus elles sont extraordinaires, plus on a de joie à les donner » Jean Giono

Nos richesses – Kaouther Adimi – Editions Seuil – Août 2017

Livre reçu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2018


Aucun commentaire: