lundi 25 juillet 2016


Une noisette, un livre


Villa des femmes

Charif Majdalani




Une famille, un destin, un déclin. Trois vocables résument ce précieux roman de l’écrivain libanais Charif Majdalani, le tout enveloppé de phrases délicates et recherchées aux effluves orientales.

Hayek, une histoire clanique, solide, dans le Liban des années 60 mais qui va devoir affronter quelques années plus tard une guerre civile. Dans cette maison entourée d’eucalyptus et d’orangers, vivent Skandar le père, Marie l’épouse, Karine/Noula/Hareth les enfants mais aussi l’intrigante Mado, sœur de Skandar, et des employés dévoués comme Jamilé ou Noula, ce chauffeur qui narre l’épopée des Hayek. Au fil des événements, intérieurs ou extérieurs, l’arbre familial verra ses branches se rompre progressivement mais essaiera de tenir grâce à la vaillance des femmes dans un monde masculin, espérant que l’un de la dynastie reviendra pour faire redémarrer les racines.

A travers cette saga, l’auteur nous fait partager l’ambiance libanaise, celle de la sérénité mais, hélas, celle aussi des divisions guerrières. C’est également un voyage à travers l’Asie, de l’Iran jusqu’aux frontières de la Chine en passant par la Jordanie et l’Afghanistan. Et c’est ainsi que ce roman tisse les liens entre ces nations, entre les histoires intimes d’une lignée et les secousses politico-religieuses du Proche et Moyen Orient, la beauté, la tristesse, l’amour, la haine... les passions aussi.

Il paraît que la littérature libanaise ne déçoit jamais. Ce dernier roman de Charif Majdalani en est une certitude.
A dévorer mais lentement...

Pour vous faire saliver les babines, je retranscris un passage qui dès sa première lecture a le don de vous faire chavirer...

"Il ne songeait pas à la ridicule vanité des hommes face à un cosmos qui les ignorait et ne saurait jamais rien d’eux ni de leurs milliers d’années de civilisation, il ne songeait pas non plus au fait, que, au regard du scintillement infini de l’univers, l’histoire humaine n’avait sans doute pas plus de consistance qu’une seconde ou deux de l’existence d’un individu sur terre. Non, il pensait au contraire qu’à un moment éphémère de l’histoire insondable du cosmos et de son temps infini, une intelligence et une conscience éphémères, celles des êtres humains, comme un miroir avaient reflété et pensé cette immensité à laquelle aucune autre intelligence n’avait donné d’existence ni de sens et n’en donnera probablement jamais plus (…) cette nuit afghane avait été sa part d’immortalité".


Villa des femmes – Charif Majdalani – Editions du Seuil – Août 2015 // Editions Point - Janvier 2017
Prix Jean Giono 2015
Prix France-Liban 2017

Aucun commentaire: