dimanche 30 octobre 2016


Une noisette, un livre


Désorientale

Négar Djavadi






Imaginez un roman où s’entrechoquent les thèmes de l’exil, de l’identité, de la transmission, de l’amour, de l’homosexualité, de l’histoire entre deux pays, l’Iran et la France (avec un détour par la Belgique). Plutôt tentant, non ? La romancière Négar Djavadi l’a fait, écrit, façonné. Parce que née "Orientale" elle est devenue "Désorientale".

Sans être un roman autobiographique, l’auteure puise dans son passé, ses racines, pour construire/cultiver une fiction aux multiples feuillages. L’histoire d’une héroïne Kimiâ en quête d’un destin pendant qu’elle attend dans une salle de l’hôpital Cochin pour une insémination artificielle.

"Désorientale" est un roman de femmes, celui de Kimia et ses sœurs Leïli et Mina, de Sara, la mère, mais où figurent aussi un père engagé et des oncles numérotés, un roman de son passé, écrit à l’instant présent pour mieux aborder l’avenir, un roman où l’histoire comme les êtres ne meurent jamais car ils permettent de continuer le combat, de résister, de transmettre, de vivre...éternellement.

Amatrice de musique, Négar Djavadi a conçu son récit comme un disque vinyle, avec deux faces, la A et la B, les deux avec les mêmes notes de fantaisie et de tragédie, des faces alternatives pour rappeler un Iran à la dérive. Cet Iran, cette Perse antique aux 1001 acoustiques où résonnent une forteresse culturelle, diversité linguistique et richesses naturelles. Oui, des richesses sur sol et au sous-sol... comme le pétrole... Justement le pétrole, source de conflits internationaux dont l’auteure sait habilement les narrer par des notes en bas de page. Et de mentionner à plusieurs reprises, le destin de Mohammad Mossadegh, Premier Ministre au début des années 50 qui tenta de nationaliser l’Anglo-Iranian Oil Company mais qui, par un coup d’Etat en 1953, finira le reste de ses jours en résidence surveillée et forcée. L’Iran de Mohammad Reza Palahvi, entre faste... et dictature... Puis l’arrivée de Rouhollah Moussavi Khomeini qui aboutira à l’exil de Négar Djavadi. Et de la protagoniste de "Désorientale" aussi...

Quand vous refermerez ce livre, vous sentirez comme un souffle de liberté au-dessus de vous, un souffle d’humanité, de générosité pour une fresque familiale racontée avec énergie et une franchise absolue !

Extrait qui résonne en ces temps d’exil planétaire
"J’avais l’impression étouffante d’être coincée dans un couloir étroit avec deux portes de part et d’autre, à jamais condamnées. Derrière l’une se trouvait l’Iran de mon enfance et derrière l’autre la France de mes illusions. A ce moment-là, j’ignorais ce qu’une expérience traumatisante signifiait."

Désorientale - Négar Djavadi - Editions Liana Levi - Août 2016
Négar Djavadi, Lauréate du Prix du Style 2016

Aucun commentaire: