mercredi 11 juillet 2018


Une noisette, un livre

 

Le suspendu de Conakry

Jean-Christophe Rufin

 


Chaque roman de Jean-Christophe Rufin est une heureuse surprise. La tradition perdure avec « Le suspendu de Conakry », premier opus d’une symphonie en trois mouvements autour d’un curieux personnage : Aurel Timescu.

Aurel Timescu est, au départ, l’anti-héros par excellence : d’aspect fragile, émotif, hésitant. Un mélange de Columbo et de Grand Blond avec…des lunettes noires. Originaire de Roumanie, il a fui le régime de Ceausescu, est arrivé comme réfugié en France où il a survécu comme pianiste dans des clubs un peu particuliers. Le hasard d’une rencontre fait qu’il rentre dans les rangs de la diplomatie française mais en devant  se contenter de placards bien étroits. En rêvant d’être inspecteur ou commissaire.

Mais, pour le plus grand plaisir du lecteur, il va pouvoir mener discrètement son enquête personnelle suite à un crime commis dans la marina de Conakry : un homme blanc, arrivé depuis six mois en Nouvelle-Guinée a été retrouvé suspendu au mât de son voilier. Personne ne semble s’inquiéter de cette mise en scène sauf un : notre brave Consul de France !

On découvre très rapidement qu’il ne faut jamais se fier aux apparences car le loufoque Timescu est bien plus redoutable qu’il en a l’air. Observateur, c’est un fin limier aux multiples connaissances. Autant vous dire de suite que l’écureuil est tombé sous le charme de cet homme, non par sa beauté mais par ce qu’il représente : la liberté, la sincérité, la surprise et, avant toute chose, le refus d’être enfermé dans des codes !

« Le suspendu de Conakry » est le style de roman policier que j’apprécie : celui où l’hémoglobine ne coule pas à flots, celui où la morbidité s’arrête dans un tiroir de la morgue, celui où les cadavres ne s’accumulent pas pour mettre un point d’honneur aux scènes sordides. De la vraie fiction pour s’envoler hors de la réalité parfois trop funeste.

Hâte de découvrir le deuxième morceau de cette trilogie, avec, peut-être, l’opéra du Consul…

Le suspendu de Conakry – Jean-Christophe Rufin – Editions Flammarion – Mars 2018

Aucun commentaire: