mercredi 27 décembre 2017


Une noisette, un livre

 

Qui a tué Heidi ?

Marc Voltenauer


 


Quand une plume délicate brosse une histoire peuplée d’âmes sombres.
Quand une élégance raffinée signe un écrit d’une noirceur déconcertante.
Quand les sommets des montagnes font plonger dans l’abysse de la perversité humaine.
Quand l’amour essaie de vaincre les contours ténébreux de la cupidité des êtres.
Quand la culture, la psychologie, la religion s’invitent autour d’une mortelle randonnée...
C’est un roman policier qui s’offre à vos yeux et qui, sur un tempo largo moderato, va rythmer une lecture aussi assourdissante que fantastique.

La tranquillité des montagnes suisses n’est qu’un mirage dans « Qui a tué Heidi ? » où vont s’entrecroiser un tueur à gages, une mafia immobilière, un pervers forcément intriguant, un couple de pasteurs et des éleveurs. Au milieu (et même sur les côtés) de cette funeste ambiance, l’inspecteur Andreas Auer et son compagnon Mikaël, journaliste, vont tenter d’éclaircir cet imbroglio mais à leurs risques et périls... Une accumulation de personnages et d’évènements mais qui ne vont jamais faire perdre le fil de la lecture dans cette course contre la mort, au contraire, c’est un ingénieux dosage de nuances de gris obscur pour renforcer les capacités inventives du machiavélisme criminel.

445 pages qui pourraient rassembler à un Everest littéraire mais qui est simplement une ascension aux multiples rebondissements avec chutes vertigineuses garanties.

L’une des premières qualités d’un roman policier est de permettre d’apporter un effet de surprise non seulement dans le déroulement de l’action mais aussi dans le dénouement. Marc Voltenauer réussit à brouiller les pistes et votre museau de fin limier en prend un coup sur le bec même si quelques hypothèses se révèleront exacts.

Les autres vertus de ce polar sont l’écriture précise, à la fois facile et recherchée, les longues descriptions jamais ennuyeuses, quelques bouffées d’air pur pour adoucir un parcours sanglant, la touche touristique du village de Gryon qui donne des noisettes d’envie de faire un saut chez nos voisins helvétiques et la narration touchante d’un couple homosexuel.

 Une intrigue digne de la précision d’une horloge suisse, palpitant et sans incohérences, même si le romancier prend quelques savoureuses libertés dans l’enquête, le tout orchestré par une playlist allant de Richard Wagner à Mylene Farmer. Une plume arachnéenne pour une histoire hitchcockienne…
 
"Quelques jours auparavant, Antoine et Erica étaient libres. A présent, ils étaient tous deux enfermés entre quatre murs. Andreas songea à la rapidité avec laquelle tout pouvait changer et parfois nous échapper. Un jour libre, le lendemain captif. Dans d'autres cas, c'était : un jour riche, le lendemain miséreux. Ou encore : un jour vivant, celui d'après mort. Sic transit gloria mundi - ainsi passe la gloire du monde."

Qui a tué Heidi ? – Marc Voltenauer – Editions Slatkine & Cie – Août 2017

2 commentaires:

Lilia Tak-Tak a dit…

Waouh sublime chronique !!! J’ai hâte de le lire !!

Squirelito L'Ecureuil a dit…

Et hâte de connaître ton avis ;-))