dimanche 13 août 2017


Une noisette, un livre

 

 

Nos âmes la nuit

Kent Haruf

 

 
Le Colorado, le vaste Colorado. Dans la petite ville de Holt, une septuagénaire, Addie, veuve depuis des années, vit seule. Elle voudrait partager son passé et profiter des bons moments qui lui restent devant elle. La solitude lui pèse, surtout la nuit. Un jour, elle décide d’oser, c’est-à-dire demander à son voisin Louis, lui aussi veuf et du même âge, de venir passer ses nuits avec elle... dans son lit. Pour discuter, bavarder, échanger des souvenirs. Bref, pour se tenir compagnie. Une proposition audacieuse mais que Louis accepte aussitôt. Et pour tous les deux, au diable le quand dira-t-on !
 
C’est le début d’une belle histoire, celle des sentiments, d’une amitié et de l’amour qui s’en découle tout doucement. Mais rapidement les enfants respectifs d’Addie et Louis, Gene et Holly, ne voient pas forcément cette relation d’un très bon œil, voire pas du tout. Par peur des rumeurs sur un couple âgé « illégitime », par égoïsme, par cupidité aussi. Et que certaines blessures de l’enfance ne se referment pas, au risque même de les faire réapparaitre pour les autres une fois adulte.
 
Pourtant qu’il est beau cet amour entre ces deux personnes matures parce qu’il n’y a pas d’âge pour aimer. Hélas, l’entourage ne le voit pas ainsi et ne se rend pas compte de la cruauté que de vouloir les séparer au nom de la morale ! Ce sont pourtant des personnages fictifs mais l’auteur raconte leurs histoires avec tant de simplicité et d’authenticité qu’on se prend d’affection pour eux et que l’on voudrait que ce nouveau cadeau de la vie soit éternel. Comme quoi un conte réussi peut dégager de l’empathie, c’est un peu la magie du livre…
 
Parce qu’il y a un fil conducteur tout au long du roman, et, il est considérable ! Il s’appelle tendresse, le lecteur est environné de tendresse : par la relation entre Addie et Louis, par l’attention que porte Jamie, le petit-fils d’Addie, à sa nouveau copain Bonnie, un chien adopté par Louis dans un refuge,  par la générosité mutuelle avec la voisine nonagénaire Ruth, par la contemplation de la nature, par les dialogues échangés entre les deux amants. Une tendresse infinie qui enveloppe de douceur ce roman coup de cœur.
 
Pour sa dernière révérence Kent Haruf signe un livre en forme de leçon de vie avec une écriture légère comme le fait de savourer des instants heureux. Vivant, palpitant.  Mais aussi avec un joli petit message en subliminal… qu’il ne faut pas s’arrêter aux préjugés et qu’avant de prendre des décisions pour les autres, se regarder soi-même. Et laisser la liberté de s’aimer. Car l’amour n’a pas de prix.
 
Nos âmes la nuit – Kent Haruf – Traduction Anouk Neuhoff – Editions Robert Laffont Septembre 2016
 
Livre reçu grâce à la communauté lecteurs.com et aux Editions Robert Laffont
 
 

Aucun commentaire: