lundi 10 juillet 2017


Un été, un panier de noisettes






Que vous passiez l’été près d’une crique, en haut d’un sommet, tout simplement chez vous à l’ombre de la grandeur des arbres ou, hélas, dans un étroit espace de vie, l’été est propice aux évasions de l’esprit tout en mettant en RTT vos petites cellules grises. L’apport vitaminique littéraire est idéal pour maintenir une température spirituelle harmonieuse et réfléchie, en ouvrant la porte aux rêves tout en gardant les neurones sur terre. Vous êtes prêts ? Embarquement immédiat avec le panier de noisettes de votre dévoué serviteur, avec un grignotage par ordre alphabétique.

Leye Adenle – Lagos lady – Editions Métailié
Premier thriller pour l’auteur nigérian Leye Adenle qui est une réussite totale. Dépaysement et frissons garantis avec quelques bons directs qui font cogiter sur la corruption en Afrique. On attend la suite avec impatience ! A déguster avec la voix de Yemi Alade.
Article en souvenir également d'une belle rencontre... http://squirelito.blogspot.fr/2017/03/unenoisette-un-livre-un-auteur.html

César Armand/Romain Bongibault – Dans l’ombre des présidents – Editions Fayard
En cette année hautement politique l’occasion de découvrir ce livre s’il n’est pas encore tombé dans vos pattes (oui mains pour les bipèdes). Coulisses et petits secrets du Château avec un rappel judicieux de ces hommes de l’ombre qui s’effacent derrière le chef de l’Etat. A déguster avec « Je m’voyais déjà » de Charles Aznavour.

Jérôme Attal – Les jonquilles de Green Park – Editions Robert Laffont
Un titre qui comporte un nom de fleurs est signe d’une excellente floraison littéraire. Petite noisette supplémentaire, le roman est désormais disponible au format poche. Allez-y car Jérôme Attal sait vous faire replonger dans ce monde enchanté de l’enfance. A déguster avec les vibrations de « Let’s dance » de David Bowie

Sarah Briand – Simone, éternelle rebelle – Editions Fayard
Le 30 juin 2017 disparaissait la femme politique préférée des français. Un parcours exemplaire, un destin hors norme, un courage au-delà des limites pour celle qui refusait la haine et ne voulait que réconcilier les peuples. La biographie de Sarah Briand est la plus émouvante jamais écrite et c’est désormais une référence à détenir dans sa bibliothèque. A lire avec les notes du 4° mouvement de la symphonie n°9 de Beethoven

François Cheng – De l’âme - Editions Albin Michel
L’âme et l’éternité. L’âme et sa force. Un recueil à vous fendre justement l’âme par la beauté surgissant à chaque page, par la sagesse admirable. La plume de l’académicien est légère et bienveillante, tant que les jours sombres semblent devenir lumineux. A méditer avec « L’heure exquise de Reynaldo Hahn.

Mathieu Delahousse – Dans la chambre des innocents – Editions Flammarion
Parfois la période plus calme de l’été est propice à quelques réflexions. Et beaucoup  viennent à l’esprit avec cette enquête de Mathieu Delahousse sur les condamnés par erreur. Une prise de conscience absolue tellement certains témoignages sont déconcertants. Un livre nécessaire et, pourquoi pas, à lire au son du « pénitencier » de Johnny Hallyday.

Emmanuel Dongala – La Sonate à Bridgetower – Editions Actes Sud
Quand un roman permet non seulement de traverser les siècles mais aussi de se cultiver, c’est un parcours "adagiatesque" (oui je sais le dictionnaire n’a pas assez de mots, j’en invente) pour le lecteur, mélomane ou non. A l’instar d’un chef d’orchestre, Emmanuel Dongala a décrypté toutes les archives possibles pour écrire une partition dont la clé est la rigueur historique avec un phrasé romanesque. Doux comme la caresse d’un archet sur un violon et mise en lumière d’un virtuose oublié. What else ? Une Sonate à lire et à écouter...

Luca di Fulvio – Les enfants de Venise – Editons Slatkine et Cie
De Rome à Venise, l’épopée d’enfants et d’adultes que la vie avait délaissé. Dans un environnement plus qu’hostile, les deux protagonistes vont lutter et gagner. Parce que le courage est plus fort que la peur. Et parce que l’amour est la porte de tous les rêves. A déguster avec un concerto d’Antonio Vivaldi

Enguerrand Guepy – Un fauve – Editions du Rocher
Le 16 juillet 1982 disparaissait Patrick Dewaere et ce sont les dernières heures de l’acteur qui sont retranscrites par Enguerrand Guepy par la forme d’un roman. Un récit absolument haletant, à l’image du protagoniste, et qui donne l’impression que c’est Patrick Dewaere lui-même qui se raconte. A lire avec Renaud  et son hommage « Mon bistrot préféré ».

Rosa Montero - La chair - Editions Métailié
Que faire quand on est une femme ancrée dans sa maturité et que l'envie de partager l'amour est de plus en plus difficile ? L'écrivaine espagnole Rosa Montero en dresse un roman percutant, avec humour et brio. Avec la littérature en filigrane. A déguster entre Wagner et Malher
Christophe Ono-Dit-Biot- Croire au merveilleux – Editions Gallimard
Quand un auteur se met à nu pour plonger avec son personnage, le résultat est mirifique. Le roman assoluto pour rêver, encore y croire, aborder l’avenir avec la richesse du passé. Un récit crescendo qui s’achève par un bouquet final, Apollon ayant sans aucun doute divinement inspiré Christophe Ono-Dit-Biot. A déguster avec le « Prélude d’un après-midi d’un faune » de Debussy.

Alain Pompidou – Claude, c’était ma mère – Editions Flammarion
Claude Pompidou ou l’incarnation de l’intelligence et l’élégance réunies, elle a formé avec son mari Georges un couple fusionnel, et leurs fils Alain rend un hommage très émouvant à sa mère, soucieuse à la fois de la création artistique et de la détresse des blessés de la vie. A déguster avec « Les nuits d’été » de Berlioz sous la direction inégalée de Pierre Boulez.
 
Ahmed Tiab - Le français de Roseville - Editions de l'aube
Un thriller entre France et Algérie où l'on retrouve le commissaire Kémal Fadil. C'est fou comme parfois on s'attache à des personnages de fiction... peut-être parce qu'ils sont un peu le miroir de la réalité... A lire avec le jazz de Safy Boutella
Valérie Tong Cuong – Par amour – Editions JC Lattès
Le Havre. 2° guerre mondiale. La ville n’existe plus... ou presque. Deux familles subsistent envers et contre tout, s’accrochent malgré l’occupation, les bombardements, les déchirements. Par la fiction, Valérie Tong Cuong, redessine le vécu de centaines d’habitants et fait de l’amour un point culminant pour affronter la force du destin. D’une sensibilité à vous arracher les larmes. A lire avec « All you need is love » des Beatles.

D’un thriller aux biographies, de l’essai au romans, chacun son choix et que la lecture soit en vous !

« La lecture est comme une drogue qui confère un agréable flou aux contours cruels de la vie » Imre Kertész 







Aucun commentaire: