lundi 22 septembre 2014


Une noisette, une cellule

 

Neurone, vous avez dit neurone ?



La politique est décidément un monde merveilleux, surprenant où chaque jour révèle un mystère pas toujours évident à élucider.
Après le feuilleton linguistique "anaphorien", nous avons droit au chapitre scientifique et alors là mes ami(e)s, et bien c’est du sérieux !

Notre système nerveux a été mis à rude épreuve et sans qu’il s’en doute feu Heinrich Wilhem Waldeyer va avoir la notoriété, parce que c’est quand même lui qui inventa le terme de "neurone".
Comme à chaque fois, votre ô combien fidèle serviteur va se dévouer pour vous expliquer simplement le principe de cette cellule... excitable !

Le neurone forme un péricaryon avec deux axes de prolongement : l’axone et les dendrites. Le noyau est bloqué en interphase, incapable de se diviser en cytoplasme. Vous êtes encore là ?
Vu la complexité d’un seul neurone, imaginez si l’on en rajoute un deuxième ? Surtout qu’en passant, l’humain en possède encore 100 milliards !

Mais quel rapport avec la politique ? Elle n’est pas belle ma question ? Eh bien, j’ai beaucoup réfléchi et je vais vous le dire : le neurone est la cellule championne de la connectivité et de l’interdépendance. Voilà, suffisait d’actionner des petites cellules grises, enfin presque parce que l’on cherche toujours l’ADN de la communication intelligente, de l’objectivité, de la tolérance et de l’apaisement.

Le changement est pour l’instant scientifiquement non prouvé, la division cellulaire bat son plein, aucune interphase en vue avec même un risque de neurolyse générale quand on voit, entre autres, les réactions de certains de nos hommes politiques... 




Aucun commentaire: