lundi 9 mars 2020


Une noisette, un livre


 Un parfum de corruption

Liu Zhenyun




Sexe, corruption et vidéo. Trois vocables pour résumer simplement le nouveau roman de Liu Zhenyun qui s’avère aussi complexe que captivant sur la Chine contemporaine et ses dérives.

Niu Xiaoli est une jeune femme déterminée et d’une beauté singulière. Son  père décédé lorsqu’elle était enfant, sa mère disparu suite à des ébats sexuels, elle veille comme elle peut sur son frère passablement nigaud. Divorcé, elle lui cherche une autre épouse moyennant finance. Elle trouve une jeune fille, Song Caixia, paraissant ingénue, les noces se font mais sitôt la nuit nuptiale passée, elle disparait, emportant l’argent de la dot. Décidée à récupérer l’argent Niu Xiaoli part à sa recherche. En route, Niu va s’apercevoir qu’elle est plus incrédule qu’elle ne pense et se retrouve dans les filets d’une maquerelle qui propose des jeunes filles à des hommes puissants, leur faisant croire par des méthodes fallacieuses qu’elles sont encore vierges.
Puis, dans un autre chapitre, le lecteur fait connaissance avec deux hauts fonctionnaires, Li Anbang et Zhu Yuchen, anciens amis et désormais rivaux dans une société où tous les coups semblent permis, surtout lorsqu’on renifle une faiblesse. Puis, c’est au tour de Yank Kaituo d’entrer dans le bal, directeur de l’administration routière qui a la mauvaise idée d’abuser de l’alcool le jour où un pont s’effondre suite à l’explosion d’un camion. Plusieurs morts sont à déplorer, Kaituo arrive sur les lieux de l’accident abasourdi par l’accident et les engueulades de ses supérieurs et se met à sourire bêtement. Juste une fraction de seconde, mais largement suffisant pour se retrouver dans cette attitude sur les réseaux sociaux.
D’autres personnages s’ajoutent au tableau, tous, apparemment, sans aucun lien, et pourtant leurs histoires vont se croiser, à l’instar du film Babel, où d’un rien l’édifice s’effondre avec un effet boule de neige alimenté par les médias, les non-dits, le désir de la transparence et la prolifération des caméras et des téléphones portables qui filment et tracent les moindres gestes, publics et/ou intimes.

Si vous aimez les histoires à rebondissements, ce livre est pour vous avec une narration dynamique, vivante et non dénuée de cet humour en demi-teintes. Une pure fiction comme on aimerait en lire davantage mais qui a l’honorable saveur de cuisiner la réalité avec tous les ingrédients qui font et défont la gloire parce qu’une seule recette dirige le monde : celle de pouvoir accumuler le plus d’argent possible. Le récit se passe en Chine mais il pourrait très bien se dérouler dans d’autres pays tant certains faits font basculer dans l’actualité de ces dernières semaines.
Un dernier conseil : si vous allez en Chine, méfiez-vous messieurs, si l’on vous propose un bain de pieds…

Un parfum de corruption – Liu Zhenyun – Traduction : Geneviève Imbot-Bichet – Editions Gallimard – Mars 2020


Aucun commentaire: