vendredi 10 janvier 2014


Une noisette, un coup de gueule !


Au royaume des bipèdes tout est bizarre autant qu’étrange... Une précarité qui s’installe dans la durée depuis des années, une insécurité grandissante, des soins médicaux de plus en plus régentés par Maître Finance, des individus rejetés parce que différents, un racisme galopant... bref, non, tout ne va pas très bien Madame la marquise !

Et pourtant, il semblerait qu’une certaine plèbe réclame comme au temps jadis, du pain et des jeux. Enfin, du pain, cela reste à prouver mais du cirque, aucun problème, depuis quelques jours les séances deviennent quotidiennes voire bi-quotidiennes !

La dernière en date : un hebdomadaire de la presse people, affamé de chair et de sang (et aussi de pièces sonnantes et trébuchantes) publie à sa Une les photos d’un chef d’Etat avec une supposée relation. Le principe est classique mais quand cela atteint le plus haut sommet de l’Etat, on peut douter des effets à long terme de tels procédés.

Une question avant tout : pourquoi cette presse peut-elle encore bénéficier des aides de l’Etat. Récemment Le Monde Diplomatique s’interrogeait devant une telle ineptie.

Ensuite, j’aimerais savoir, et cela ne concerne pas uniquement le monde politique mais chaque individu, célèbre ou inconnu, pourquoi la vie privée doit-elle être constamment mise en relation avec la vie publique. Certes, des artistes ou autres se prêtent parfois au jeu mais combien de personnalités se sont retrouvés à la Une de cette presse plus ou moins nauséabonde, contre leur gré.

La liberté, le droit à mener sa vie comme on l’entend, plus rien n’est respecté. On aime abattre une carrière, un statut, tout simplement parce que cela dérange ou bien parce que certains vautours regrettent de ne pouvoir faire davantage d’affaires fructueuses sur du « so bankable ».

Enfin, permettez-moi de vous dire, chers lecteurs, que votre serviteur, se fend la noisette de voir autant de discours moralisateurs sur Twitter ou ailleurs. Un homme de pouvoir aurait une liaison supposée... ô rage ô désespoir, n’est-il donc unique ? Allons, un peu de sérieux, non, je me suis trompée, vous êtes tous irréprochables dans votre âme et votre chair ?

Alors, cessez donc de « disserter » avec des cris d’orfraie, rejetez/méprisez cette presse de caniveau et indignez vous pour des causes justes et nobles. Et pour vous distraire l’esprit, le cinéma offre de très belles fictions qui pourront vous faire rêver sans porter atteinte à qui que ce soit... 

Terminons, si vous le voulez bien en musique, oui, souvenez-vous « L’amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser (…) l’amour est enfant de bohème, il n’a jamais, jamais connu de loi ». Maintenant, rideau, passons à la véritable actualité, merci !


Aucun commentaire: