dimanche 28 mai 2017


Une noisette, un livre


Ma mère, cette inconnue

Philippe Labro



Une mère et pourtant une inconnue. Non pas parce que Philippe Labro ne l’a pas connue mais parce qu’il ignorait les origines et les racines qui ont donné une force extraordinaire à sa maman. A Netouchka, A Netka. A Mamika. Pour lui rendre hommage, pour mieux se connaître lui-même aussi, le journaliste écrivain a puisé dans ses souvenirs, est parti enquêter, a recherché dans les archives, afin de se fondre dans l’esprit d’une femme qui ne voulait que le bonheur de sa famille, celle qu’elle avait créée, après avoir, elle, été abandonnée.

Quelle femme la génitrice de Philippe Labro : belle, généreuse, amoureuse, cultivée. Un parcours hors-norme qui débute à Leipzig avec un père « inconnu » d’origine polonaise, un riche comte, Henryk de Slizien. Une histoire entre lui et Marie-Hélise qui fut loin d’être une amourette car de cette liaison extra-conjugale naîtra aussi un garçon. Deux enfants, un frère et une sœur, inséparables jusqu’à la mort précoce et tragique d’Henri.

Comment ne pas tomber en admiration devant cette leçon de vie en ténacité et en amour ! Philippe Labro, avec sa verve habituelle et son phrasé cinématographique, retrace ce chemin d’Est en Ouest avec un final qui se terminera face à la mer. L’éternité.

Emouvant forcément, historique aussi avec ses passages sur le bolchevisme et les mœurs de la France d’avant-guerre, un récit à s’imprégner qu’on ait reçu ou non l’amour des siens. Avec en conclusion, des questions qui vous transpercent le cœur « Ai-je assez aimé ma mère ? » « Aimons-nous assez ceux que nous aimons ? »

Ma mère, cette inconnue – Philippe Labro – Editions Gallimard – Mars 2017

Aucun commentaire: