jeudi 27 janvier 2022

 

Une noisette, un livre
 
La Nuit recomposée
Jocelyn Lagarrigue

 


Pour un premier roman, Jocelyn Lagarrigue entre directement dans la cour des grands avec son personnage d’Antoine Lepage.

Antoine est acteur dans l’âme, il ne joue pas, il vit le théâtre, intensément, follement. Avec les amis, les femmes ; ivresse du jeu et abandon de la réalité. Marié avec deux enfants, un divorce est inéluctable lorsqu’il a pour maîtresse sa partenaire Alexia, aussi douée que sensuelle, aussi envoûtante qu’indomptable. Les ailes brûlent de toutes parts, un feu dévastateur envahit ses entrailles, le Don Juan qu’il joue sur scène va le rattraper. Les visions commencent, tournent ; le diable, la Grande Faucheuse, un air des carte revisité, ces fameuses carte impitoyables face à la descente aux enfers. Seulement Antoine a une force qu’il ignore lui-même, le funambule va devenir trapéziste. L’homme habitué à endosser des rôles va devoir apprendre à porter un autre costume : le sien.

Le récit est déjà un scénario parfaitement maîtrisé. Il devient théâtral par la fougue de la plume en totale didascalie chevauchant dans une liberté endiablée les vastes plaines de papier. Car l’auteur est aussi jongleur, un jongleur transformant les mots en balles, en objets surréalistes ; en faisant sonner la poésie pour ensuite redescendre dans une langue argotique, brute, sans appel et repartir sur les hauteurs des belles-lettres. Classicisme et modernité, respect et désordre.

L’univers du théâtre prend toute sa place dans une dimension humaine vertigineuse. Où commence le jeu ? Où s’arrête-t-il ? Peut-on continuer éternellement de faire semblant au risque de se transformer en un faux-semblant sur jambes ? Et surtout LA question du pourquoi. C’est toute l’inconnue de la grande scène de l’univers, côté coulisses là où les ombres surgissent réellement, là où la violence n’est plus fiction, là où les gestes font mal. Violence de la chute, rideau qui ne se soulève plus mais pourtant on attend la renaissance pour qu’une rampe ne cesse d’éclairer cette vaste galerie où se succèdent les destins.

Au fait, la fin est un coup de théâtre !

La Nuit recomposée – Jocelyn Lagarrigue – Quidam éditeur – Janvier 2022

Aucun commentaire: