mardi 2 octobre 2018


Une noisette, un prix


 Prix Littéraire de la Vocation 2018


Photo © Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation


Votre serviteur au pelage doré cuivré intense a eu la chance de participer à l’aventure du 43° Prix Littéraire de la Vocation pour élire, parmi les sélectionnés, le lauréat de la cuvée 2018.

Le Prix de la Vocation, né en 1960, a été créé par Marcel Bleustein-Blanchet, en souvenir des années de guerre où il avait juré d’aider un jour des jeunes qui, comme lui, avaient une vocation. De nombreux domaines figuraient déjà dans la liste des prix et c’est en 1976 que fut ajouté celui de la littérature, avec Jean-Marc Lovay comme premier lauréat. Suivront ensuite, entre autres, Didier Van Cauwelaert, Emmanuel Carrère, Jean-Philippe Toussaint, Eric Holder, Jean-Marc Parisis, Amélie Nothomb, Antoine Bello, Christophe Ono-Dit-Biot, Gaspard Koening, Emilie de Turckheim, Kaouther Adimi, Joël Dicker, François Henri Désérable, Adrien Bosc, Miguel Bonnefoy…

Pour cette année, l’heureux élu est Boris Bergmann pour son roman « Nage libre » paru aux Editions Calmann-Lévy. Comme toujours, le choix est difficile, mais l’histoire entre Issa et Elie, ce bassin d’amitié dans la banlieue des oubliés, l’écriture pertinente du jeune auteur, ont convaincu l'ensemble des bipèdes présents.
A 26 ans, Boris Bergmann, pensionnaire de la Villa Médicis pendant un an, a déjà écrit auparavant trois romans, dont « Viens-là que je te tue ma belle » qui a reçu le prix Flore du Lycéen.

En parallèle, est décerné également un prix de la Poésie, remis cette année à Célestin de Meeûs pour « Cadastres ».

Il serait injuste d’ignorer les autres auteurs sélectionnés, car chacun possède une promesse d’écriture incontestable :

Paul Behergé – Les nougats – Editions Buchet Chastel
Jean-Acier Danés – Bicyclettres – Editions Le Seuil
Pierre Dayme – Le réconfort – Editions Fayard
Pauline Delabroy-Allard – Ça raconte Sarah – Les Editions de Minuit
Clémentine Haenel – Mauvaise passe – Editions Gallimard
Antoine Janot – Le croque-neige – Editions L’Harmattan
Céline Zufferey – Sauvez les meubles – Editions Gallimard

Juste après la délibération, la remise du Prix de la Vocation sur la terrasse de Publicis avec l’astre jaune comme maître de cérémonie, a permis aux nombreux invités présents de découvrir ou mieux connaître Boris Bergmann, mais aussi d’échanger avec les autres auteurs et membres du Jury, sur la littérature en particulier mais aussi sur l’art en général, l’art sous toutes ses formes ; comme le soulignait André Malraux  « la relation de tout artiste avec l’art est du domaine de la vocation ».




Le Jury du Prix Littéraire réuni Kaouther Adimi, Pierre Barillet, Jean-Luc Barré, Alain Germain, Anne de La Baume, Marie-Françoise Leclère, Florence Malraux, Christophe Ono-Dit-Biot, Erik Orsenna, Philippe Taquet.
Je tiens à remercier le plus noisettement possible, tous les membres de la sélection, l’équipe de La Fondation Marcel Bleustein-Blanchet (dont particulièrement Anne de La Baume et Margaux Nemmouchi)  ainsi que ma « collègue » Sylvie Ferrando, rédactrice à La Cause Littéraire.





Aucun commentaire: